Quelle Réponse aux Attentats de Paris du 13 Novembre 2015-Gérard Chaliand-EVER MAGAZINE 2015 -  Al Qaeda, EI, Isil, Isis, IS, DAESH, DASH, Bataclan, Paris

Quelle Réponse aux Attentats du 13 Novembre 2015 ?

 

 

Les attentats du Vendredi 13 Novembre 2015 ne sont pas surprenants.

La France est depuis des années déjà, en tête de liste des pays visés.

Les services de police sont débordés et le phénomène de l'Etat Islamique depuis la chute de Mossoul a créé un appel d'air donnant à croire que leur victoire était au bout du fusil.

 

Par la suite l'Etat Islamique intervenait au Sinjar (Irak), qu'il vient de perdre et tentait de culbuter le nord du Kurdistan d'Irak lorsque son élan a été stoppé par l'aviation américaine.

 

Depuis, l'EI s'est distingué par son habileté en matière de communication tant sur les réseaux sociaux que par leur théatralisation de l'horreur que nos medias ont relayé avec complaisance, servant ainsi de caisses de résonance à un mouvement qui cherche à occuper l'actualité tout en frappant les esprits.

 

 

Sur le plan strictement militaire,

les avancées de l'IS ont été modestes : Prise de Ramadi (Irak), une ville sunnite déjà mal contrôlée du temps de la présence américaine et Palmyre (Syrie), qui n'est pas stratégiquement vitale.

 

En revanche, ce mouvement perdait le contrôle de Tel Abyad qui est de première importance, grâce aux forces kurdes de Syrie qui s'étaient déjà illustrées lors du siège de Kobané.

 

Par ailleurs sur le terrain lS a reculé devant l'armée syrienne appuyée par l'aviation russe au nord d'Alep et également à Hassaké devant les troupes kurdes de Syrie. Il est bon que les défaites militaires sur le terrain se multiplient car elle ne sont pas compensées par des attentats à caractère terroristes. Quand on s'appelle Etat Islamique d'Irak et du Levant il faut dominer un territoire de facto. Celui-ci à l'heure actuelle, tend à se rétrécir.

 

 

Obama et Poutine

soutiennent le mouvement kurde car il a la volonté de combattre. Les Russes pour leur part ont décidé de participer plus activement au conflit, confortant ainsi une armée syrienne affaiblie.

 

L'aviation russe s'est ainsi attaquée outre l'IS, à ceux que la propagande anglo-saxonne appelle les "forces de l'opposition". Or celles-ci ne sont rien d'autres que Jabhat al Nosra, émanation d’Al Qaida devenue « respectable » depuis que l'IS a fait son apparition et Ahrar al Sham, un autre mouvement islamiste qui n'a rien à envier au précédent…

 

En fait, il est bon qu'aucun de ces mouvements ne puissent un jour s'installer à Damas. Il est probable que Bachar al Assad cesse d'occuper son poste mais ce qui compte, c'est que la Syrie ne devienne pas un fief islamiste, comme le souhaitent les alliés ambigus des Etats Unis : L'Arabie Saoudite, la Turquie et le Qatar.

 

 

En ce qui nous concerne,

nous sommes partie prenante dans cet imbroglio, comme viennent de le rappeler les attentats du 13 Novembre. Nous ne pouvons nous en tirer en déclarant comme G. W. Bush que nous sommes en guerre contre le terrorisme.

Nous sommes en conflit avec l'islamisme jihadiste qui recrute aussi chez nous et répand ses prêches et ses messages non sans un certain succès. Il est plus que temps de s'adapter à la menace en modifiant notre arsenal juridique.

Nos adversaires profitent de notre démocratie pour la saper.

 

On attend de l'Etat qu'il s'occupe activement de la sécurité tant à l'encontre de ceux qui prêchent la haine et conspirent contre la république que de suspects dont il n'est pas nécessaire qu'ils agissent pour les interroger.

 

 

Bref, il ne suffit pas de déclarer l'état d'urgence

mais d'agir de façon urgente pour répondre aux menaces dont nous savons qu'elles se développent activement, autrement que par des discours ou des mesures cosmétiques.

 

 

 

 

Texte : Gérard Chaliand

Photo : Roc Chaliand